Bénédicte WAUTELET

Plus d’informations à venir
LINKEDINWEB

Directrice Juridique du Groupe Figaro et Vice-Présidente du Cercle Montesquieu

Ancienne avocate au Barreau de Paris, Bénédicte Wautelet est actuellement Directrice Juridique du Groupe Figaro, également Vice-Présidente du Cercle Montesquieu et Présidente de la Commission de la Carte de Presse.

Portrait paru dans La Lettre des Juristes d’Affaires Magazine – n° Mai/juin 2019

Directrice juridique du groupe Figaro depuis treize ans, Bénédicte Wautelet a aussi été avocate pendant quinze ans dans un cabinet du Magic Circle. Portrait.

Biographie : 

• 1990 : diplômée du magistère de juriste d’affaires de l’Université de Paris II
• 1991 : débuts chez Slaughter and May
• 2006 : débuts au sein du Groupe Figaro

Depuis quelques années, pour entrer dans les locaux des grands quotidiens nationaux, il faut montrer patte blanche. Une fois passé le détecteur de métaux, on monte au cinquième étage de l’immeuble du Figaro, boulevard Haussmann. La direction juridique occupe une partie du bâtiment en façade. Une toute petite partie, car l’immeuble est vaste – il héberge mille personnes – et les juristes n’y sont que cinq, épaulés par trois assistantes. Bénédicte Wautelet, la directrice, occupe un bureau tout au bout du couloir.

La fenêtre entrouverte laisse pénétrer le soleil et le tumulte de l’avenue. On prend place à la petite table ronde, sous un grand portrait de Clint Eastwood – la une d’un numéro du Figaro Magazine«Je l’ai dénichée à la régie», raconte-t-elle, comme les deux unes du Figaro Madame, qui décorent elles aussi le bureau. Bénédicte Wautelet, elle, tourne le dos à l’acteur – on s’est adjugé la meilleure place –, elle a posé un bloc-notes devant elle, un stylo gris entre ses doigts, et attend avec un sourire doux. Elle n’est pas du genre à se livrer plus que le nécessaire, ça se sent. On se dit qu’elle aurait peut-être pu être psychologue, tant elle s’est mise d’emblée en position d’écoute, alors même qu’on vient lui poser des questions. C’est un peu désarçonnant. Mais elle dégage quelque chose de terriblement bienveillant.

Alors on commence, comme on commence souvent quand la porte grande ouverte donne sur une vie dont on ne sait guère plus que ce qui figure sur le résumé de peu de lignes d’un parcours professionnel marqué par la constance : quinze ans en cabinet d’avocats, chez Slaughter and May, puis treize ans déjà à la direction juridique du groupe Figaro. La présidence de la Commission de la carte de presse des journalistes professionnels aussi, cette année, pour la troisième fois, ainsi qu’un titre de vice-présidente du Cercle Montesquieu.

Pourtant, le droit, ce n’était pas son premier choix. Sa vraie passion de jeunesse à elle, c’étaient les maths. Mais les expatriations professionnelles du papa en ont voulu autrement. Belge de nationalité et née aux Pays-Bas, Bénédicte est arrivée en France à l’âge de cinq ans. À Clermont, dans l’Oise, petite ville de 20 000 habitants et cinquième agglomération du département. Elle a treize ans, quand la famille part en Pennsylvanie pour trois ans. Une expatriation professionnelle. Son père, qui a toujours travaillé pour Saint-Gobain, « lançait des usines de fibre de verre ». Aux États-Unis, Bénédicte excelle en mathématiques. Et donc, logiquement, à son retour en France, pour la première et la terminale, elle demande à suivre ce qui s’appelait à l’époque un bac C. « Ils ne m’ont pas acceptée », dit-elle. L’administration ne lui reconnaissant pas l’équivalence parce qu’elle n’avait pas fait de physique-chimie aux États-Unis, elle se retrouve en A1. Grosse déception. Et réaction adolescente de rigueur : « Je n’ai rien fait en maths, exprès ; j’ai tout révisé un mois avant le bac. » Un sourire. « J’aurais voulu faire une école de commerce, mais avec un bac A1, je n’avais aucune chance d’être prise », précise-t-elle. Plusieurs fois pendant l’entretien, elle répétera : « Je ne suis pas littéraire. » Comme si la pilule n’était jamais complètement passée.

« Ayant des prédispositions pour les langues, continue-t-elle, tout en dessinant machinalement des petits ronds dans le coin droit de son bloc-notes, j’ai postulé à l’Isit (Institut supérieur d’interprétation et de traduction, NDLR) et j’ai été prise. Mais ça ne m’a pas emballée. » Elle abandonne au bout d’un an et se décide pour le droit. Sans trop savoir ce qu’elle en fera. Elle s’inscrit en DEUG à la fac de Sceaux. Et là, glisse-t-elle « ça a pris tout d’un coup ». Traduisez : Bénédicte se trouve des affinités avec la matière juridique. « Je réussis plutôt pas mal finalement, continue-t-elle, je dois avoir mon DEUG avec mention. » On retiendra de cette phrase surtout le « finalement ». Puis, entendant parler du magistère qui venait de s’ouvrir à Assas, elle postule. Les admissions se font sur dossier et par concours. Un écrit et un oral. « L’oral, je m’en souviens très bien, je me vois encore dans les couloirs d’Assas », raconte-t-elle. « En revanche, je ne me souviens pas du sujet. » Sourire de nouveau. Le récit manque un peu de dates, alors on pose la question : c’était en quelle année ? Elle réfléchit. C’était la troisième promo du magistère. « Ça devait être soit au décès de René Cassin, soit au transfert de ses cendres au Panthéon », répond-elle finalement, sans plus de précision sur l’année. Pas grave, on recollera les morceaux par la suite. Morceaux recollés : on est en 1987, année du transfert des cendres au Panthéon. Bref. Du magistère, elle se souvient en particulier d’un professeur de fiscalité qu’elle avait vraiment bien aimé. M. Ruat. Un prof « extrêmement dur » qui les avait fait plancher sur un sujet terriblement difficile, juste avant Noël. « Il y en avait trois qui avaient obtenu la moyenne, dont moi. » Elle lève la tête avec un petit sourire presque revanchard : « Les deux autres étaient des matheux. »

Des débuts comme avocate

Bénédicte Wautelet poursuit son magistère « tranquillement ». Sans idée qui se précise sur ce qu’elle pourrait faire ensuite. Concentrée sur le présent. « Je réussis mes années et on verra après. » Qu’elle n’ait jamais songé à être avocate, néanmoins, ce n’est pas tout à fait vrai. Adolescente, elle s’était quand même imaginée dans la peau d’une avocate des enfants, par exemple. « J’avais vu ce que c’était que l’ONU, j’avais vu qu’il existait une charte des droits de l’enfant. » Ou bien dans la peau d’une détective, peut-être. « Je lisais pas mal de polars, de bouquins à suspense. » Mais les avocats d’affaires, en revanche, elle ne savait pas trop ce que c’était. C’est une copine qui, à la fin du magistère, lui suggère de postuler pour un stage chez Slaughter and May. Elle le fait. Et elle est prise. « J’y vais pour deux mois, j’y suis restée quinze ans et demi. »

On est en automne 1989. Bénédicte Wautelet envisage de passer le barreau. Mais Slaughter lui annonce qu’ils voudraient bien la garder. On est avant la réforme de 1990, le bureau parisien du Britannique n’est pas encore un cabinet d’avocats. Elle y entre donc comme juriste avec dans l’idée, un jour, de se servir de la passerelle pour devenir avocate. Quelque temps plus tard, après la réforme, Slaughter devient le premier cabinet de solicitors à être inscrit au tableau du barreau. À sa tête, Peter Kett et Antoine-Audoin MaggiarBénédicte Wautelet intégrera pour sa part le barreau en 1993. Chez Slaughter, elle fait du droit des sociétés, du M & A, et puis, au fil, de l’eau, du social des affaires. « On avait des dossiers très prestigieux, très complexes, pour de très beaux clients. » Elle se souvient d’un cabinet « d’une rigueur incroyable », de la « capacité de travail » et de « l’endurance » des avocats, ainsi que de la « très bonne ambiance ». C’est également à cette époque que naissent ses deux enfants, un fils (19 ans aujourd’hui) et une fille (16 ans).

Puis un jour, parce qu’elle a « envie de faire un petit peu autre chose », elle se met à regarder d’un œil vague les offres d’emploi en ligne. Une, en particulier, lui donne envie de postuler. « Sans être une littéraire (on y revient), j’avais toujours été attirée par ces questions de journalisme », dit-elle. Son CV plaît. Le chasseur de tête en charge du recrutement la rappelle. Et elle passe un total de six entretiens. « Dont un test de personnalité. » Elle est prise. « Le bureau de Paris a fermé pile au moment où j’ai annoncé que je partais », se souvient-elle. Le hasard.

Au Figaro, dans un premier temps, elle prend le poste de directrice juridique contrats et droit social. Car il y a à l’époque deux directions juridiques, une direction corporate et l’autre plus opérationnelle. Mais c’est un moment où tout bouge en interne. Une nouvelle direction générale s’est mise en place, avec à sa tête Francis Morel. Dix-huit mois plus tard, elle prend la tête d’une direction juridique unifiée, qui touche à tout ce qui concerne le groupe : droit de la presse, propriété intellectuelle, droit d’auteur, droit des contrats, droit commercial, droit du travail, droit de l’Internet… Tout cela avec seulement trois juristes et trois assistantes. Ce qu’elle aime par-dessus tout, justement, c’est « la diversité des sujets traités ». Et la « proximité avec les journalistes », qui parfois lui demandent de relire un passage de leur article avec un œil de juriste. « Je donne un peu mon avis du point de vue du droit de la presse », dit-elle. Comprendre : dans la mesure du raisonnable.

Passionnée par l’innovation

L’an passé, elle a également pris le rôle de Data Protection Officer, après la démission du DPO en poste. Et ça lui plaît. « Il faut une bonne finesse des problématiques de l’Internet, analyse-t-elle. On travaille beaucoup avec des gens de la data, c’est très intéressant, surtout dans un groupe de média. » Internet est un grand sujet, toujours aussi épineux. Bénédicte Wautelet évoque l’importance du lobbying, avec « tous les enjeux de concurrence vis-à-vis des Gafa – des acteurs devenus incontournables qui s’arrogent quelques prérogatives vis-à-vis de nos contenus ». Des sujets passionnants qui mènent à l’échange avec d’autres juristes des syndicats d’employeurs de presse. « Toute l’économie est à repenser autour de ça », dit-elle.

Le numérique est un sujet qui la passionne, ça se sent. « “Le Figaro”, au-delà d’un groupe de presse, c’est une société du numérique », explique-t-elle. Et « quand on veut se développer sur ce secteur, tout devient juridique ». Elle marque une pause. « Je me souviens d’une interview de Marc Simoncini, dans “Le Figaro” il n’y a pas si longtemps, qui disait que le juridique était essentiel, que s’attaquer à un marché est impossible sans un coup de pouce juridique. » Elle se lève et passe derrière son bureau, pour essayer de retrouver la citation exacte. C’était en mars 2018.

Parallèlement, on l’a dit, Bénédicte Wautelet trouve aussi le temps d’officier à la Commission de la carte de presse, dont la présidence échoit au représentant des syndicats patronaux un an sur deux, en alternance avec le représentant des syndicats salariés, en l’occurrence Claude Cordier, du SNJ, journaliste à Radio France. Une charge de travail relativement lourde, puisqu’elle implique de se rendre disponible au moins un jeudi sur deux pour une demi-journée. La mission principale : étudier les 1 200 dossiers de demande de carte qui passent en séance plénière chaque année. « On travaille en binôme, explique Claude Cordier, qui l’a vue justement ce matin-là. Bénédicte est très pointue sur les questions juridiques, c’est son atout, et elle se tourne volontiers vers moi sur l’aspect professionnel. C’est une personne très discrète, compétente, et qui dit les choses à bon escient. »

Quand Nicolas Guérin, directeur juridique d’Orange et président du Cercle Montesquieu, parle d’elle, ce sont les « très » et autres adverbes emphatiques qu’on retient. Il la connaît depuis cinq ans et lui a demandé de le rejoindre en tant que vice-président à son élection, il y a trois ans. « Elle organise le prix du Cercle, elle organise les dîners, elle est aussi beaucoup investie dans ce qui est innovation, elle a récemment organisé un événement dans les reg tech. Elle est très humaine, très sensible, très investie, très carrée, ultra-efficace. » Tout ça lui vient sans même qu’il ait besoin de réfléchir. Après quoi il marque une pause. « Elle est très présente, mais finalement, on sait peu de choses d’elle. » Difficile de savoir, à l’entendre, s’il admire cette réserve ou s’il regrette de la connaître finalement si peu.